Armoiries

Armoiries

Armoiries

Le choix de couleurs, rouges et or qui déterminent l'aspect fondamental de l'écu, rappelle les seigneurs féodaux de Clervaux qui durant des siècles exerçaient leurs droits fonciers et justiciers à Troisvierges, Drinklange et à Huldange. La présentation de trois vierges au quartier du chef ne nécessitera guère d'explications sinon de rappeler que lesdits personnages d'origine païenne obscure, après avoir été christianisés et reconnus comme les saintes vierges martyres Fides, Spes et Caritas, jouissaient vite d'une popularité et d'une dévotion remarquables. La localité devint bientôt haut lieu de pélérinage fréquenté notamment par des fidèles de la région wallonne qui lui attribuèrent la dénomination de "Trois Vierges".

Il est évident que les trois vierges représentant le chef-lieu de la commune s'installent à la place d'honneur de l'écu qui d'ailleurs est à considérer d'armes parlantes. 

La montagne en pointe de l'écu y est pour l'Oesling en général, mais le coupeau le plus élevé, représente la "Schmëtt" point culminant du pays, sis sur le territoire de la commune. 

La roue et le rail rappellent bien entendu le chemin de fer, auquel notamment Troisvierges doit en grande partie son évolution démographique et sociale.

La croix patriarcale était un des attributs du pape Corneille dont l'effigie apparaît sur un sceau médiéval émanant de la cour de Bellain qui, elle fit partie de la prévôté de Bastogne. La croix de justice de Bellain datant de 1595 est un monument historique bien connu.

Subsidiairement la croix évoque l'ancienne paroisse de "Kiirchen" qui englobait jadis les villages des alentours dont Troisvierges, qui en 1805 se constituait avec Drinklange et Biwisch en paroisse indépendante.